On a laissé s'écouler presque un mois depuis notre dernier message ! C'est que, en Amérique du sud, le temps semble raccourci. Les jours filent comme des éclairs !

On a passé beaucoup de temps entre Santiago et Valparaíso. On a rendu visite à toutes les personnes croisées sur la route.

Dans la maison de Karen, on mange beaucoup, trop, de porrotos. Des haricots blancs cuisinés avec de la citrouille, des tomates et du maïs. C'est délicieux mais nos estomacs sont mis à dure épreuve.

On profite aussi du savoir de Karen, étudiante en architecture, pour visiter la ville et apprendre à lever les yeux.

received_m_mid_1398392626056_ebdb8ebe25951c0832_2

received_m_mid_1398392626056_ebdb8ebe25951c0832_1

received_m_mid_1398392626056_ebdb8ebe25951c0832_4

 

received_m_mid_1398392747535_9511c9368c9a05a863_2

received_m_mid_1398392747535_9511c9368c9a05a863_0

received_m_mid_1398392747535_9511c9368c9a05a863_1

 

received_m_mid_1398392996883_2434e124da05dae359_3

received_m_mid_1398393128800_7d0e26dddc10a1c974_2

received_m_mid_1398393128800_7d0e26dddc10a1c974_0

 

Chez les parents de Vicente, on fait du vélo, on boit du mango sour, on apprend à cuisiner des porrotos (encore). En plus de jardiner, on pourrait presque se mettre à cuisiner en rentrant. On pourrait. On participe aussi au fameux asado. Tout comme en argentine, lorsqu'on grille de la viande au Chili, c'est pas pour rigoler. Trois types de viande dont une marinée au minimum.

Et on goutte, TOUT, et on se ressert pour faire honneur au cuisinier.

 

received_m_mid_1395790274111_78c47f13dc89ba8069_2

 

 

photo 1-2

 

photo 2-2

Chez chacuns de nos hôtes, la cuisine est le prétexte à un échange culturel très riche. On partage des recettes (crêpes et ratatouille contre asado et porrotos granados) on discute, on comprend. Encore une fois les rencontres, le partage d'un repas, d'habitudes de vie, nous aide à comprendre et à accepter certains aspects du pays et de la culture. On est fières et émues. Cette générosité nous touche et n'arrête pas de nous surprendre.

On passe aussi un moment chez les mousquetaires. Avec eux, on découvre un petit coin de paradis dans les contre-forts des Andes, à une heure de Santiago. El cajon d'El maipu. 

 

P3220200

P3220195

De retour à Santiago, on tombe au piège du terremoto, deux fois ! La première fois on sent vibrer le sol. Fort. 5.3 sur l'échelle de Richter. De la gnognotte pour les chiliens, une expérience assez traumatisante pour nous. On sent que la nature est puissante et l'être humain tout petit-ridicule.

La deuxième fois, c'est nous qui tremblons sur le sol fixe. Le terre moto est aussi une délicieuse boisson à base de pisco, vin blanc et glace d'ananas. Une délice très sucré, très alcoolisé, dangereux comme un terremoto donc. 

Et puis aussi, on a vu le concert de calle 13 (un groupe portoricain de hip-hop latin), dans un stade, avec tous les copains. Quelle allégresse, quelle énergie se dégage du public ! On a jamais vu ça. On se sent portées, on s'essaye même à la danse. On essaye. Tout en se disant qu'on arrivera jamais à la cheville des chiliennes qui dansent toutes comme shakira.

Calle 13 - Latinoamerica - Official Music Video

Et puis on file à Valparaíso. Retrouver juju et chercher du boulot.